• image slide site3
  • image slide contrat responsable

 

 

Les études sont claires, nettes et précises : l’air est plus pollué dans nos habitations qu’il ne l’est dehors malgré tout ce qu’on subit avec les automobiles ou la pollution agricole. La pollution d’intérieure est multi-causale et ses conséquences nombreuses : pathologies respiratoires, cancers, allergies.

Le printemps revient, l’air est doux, nous sommes baignés de soleil, alors c’est le moment d’ouvrir grand les fenêtres et de prendre soin de son air intérieur.





La pollution d’intérieur est souvent un sujet relégué au second plan. Pourtant, elle est bien plus nocive que la pollution due aux automobiles ou activités agricoles. Pour nous préserver de la pollution extérieure, nous avons tendance à fermer les fenêtres. Pourtant vos logements sont sources de pollution. Quelques années auparavant, on découvrait le scandale de l’amiante, cet isolant qui dégage des particules fines extrêmement nocives provoquant des cancers. Ce fut le tour de la peinture au plomb dont on pensait que la présence permettait de bien couvrir et d’être une protection efficace contre l’humidité. Il s’est avéré que sa présence, même à faible dose, provoquait des troubles de la croissance ou des maladies neurologiques comme le saturnisme.

Sans devoir tout changer ou tout repeindre chez vous, voici une liste de quelques conseils à mettre en pratique pour vous assurer que l’air de votre logement soit le plus sain possible :

  • Aérer régulièrement le logement : l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) préconise d’ouvrir les fenêtres de son logement dix minutes le matin et dix minutes le soir avant de se coucher afin d’assurer le renouvellement de l’air. Cette recommandation vaut aussi pour les personnes habitant dans les centres-ville considérés comme les plus pollués. Par ailleurs, pour avoir une aération parfaite de votre logement, faites en sorte qu’elle soit réalisée dans toutes les pièces du logement et que celui-ci ne soit pas obstrué par une porte fermée.
  • Etre vigilant lors du choix de vos produits et équipements : toujours selon l’ADEME, de nombreux produits domestiques utilisés tous les jours émettent des composés volatils très polluants. C’est le cas des canapés, des meubles et aussi des produits d’entretien. Le meilleur moyen de lutter contre cette source de pollution est de bien faire attention lors de l’achat à ce que les produits soient les plus naturels possibles. Privilégiez le savon noir aux produits chimiques, faites attention à la composition de votre canapé, etc.
  • Entretenir les appareils ménagers : les appareils électro-ménagers sont de lourds contributeurs de la pollution intérieure. S’ils sont mal entretenus, ils peuvent émettre des particules fines qui vont se balader dans votre logement et dans vos poumons. Pensez à nettoyer régulièrement tout ce qui est four, appareils de cuisson ou encore systèmes d’aération. Ne négligez surtout pas l’entretien de la chaudière et son système de climatisation. Ces appareils accélèrent la diffusion de particules fines.
  • Lutter contre l’humidité intérieure : l’humidité est le paradis des polluants. L’humidité dans le logement permet d’accumuler les polluants et c’est l’endroit idéal pour développer des moisissures. L’ADEME recommande de ne pas dépasser les 60% d’humidité. Le meilleur moyen de combattre l’humidité est d’aérer le logement ou d’investir dans un déshumidificateur.

La prise de conscience autour de cet enjeu sanitaire est en cours mais il faut accélérer le mouvement. Vivre dans un environnement de meilleure qualité n’est pas si compliqué et vous en tirerez un grand bénéfice, pour vous et vos enfants.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.