• image slide site3
  • image slide contrat responsable

Hypnose, auriculothérapie, homéopathie, acupuncture, sont quelques exemples des médecines alternatives et complémentaires (MAC). Elles divisent autant qu’elles attirent et pourtant, sont de plus en plus plébiscitées dans les traitements prescrits. Simple phénomène de société ou réelle alternative qui fonctionne ? La Mutuelle Médico-Chirurgicale de France enquête pour vous.





Les médecines douces sont issues de pratiques séculaires. Elles renferment un patrimoine historique et culturel fort puisqu’elles sont les descendantes de pratiques ancestrales qui ont pu être éprouvées par le temps. Dans ce catalogue, on retrouve l’acupuncture (médecine traditionnelle chinoise qui s’appuie sur une vision énergétique du corps), l’hypnose (placement en état de veille paradoxale), la phytothérapie (traitement par les plantes), ou encore la médecine traditionnelle chinoise. Seules l’acupuncture et l’homéopathie sont reconnues en France comme de possibles orientations médicales, mais pas comme des traitements à part entière.

 

Les médecines alternatives et complémentaires sont catégorisées en quatre groupes distincts par l’Ordre des Médecins :

  • les thérapies biologiques, dans lesquelles on retrouve phytothérapie et aromathérapie
  • les thérapies manuelles, représentées majoritairement par l’ostéopathie et la chiropraxie
  • les approches « corps-esprit », dont l’hypnose, la méditation et la sophrologie sont les grandes pratiques
  • les systèmes complets, qui reposent sur des fondements théoriques et pratiques comme l’acupuncture et l’homéopathie.

 

40 % des français auraient recours aux médecines alternatives et complémentaires, et cette proportion augmente sensiblement chez les personnes atteintes de maladies graves. Dans ces cas-là, les malades souhaitent avant tout soulager leurs douleurs et potentiellement trouver une voie de guérison complémentaire aux traitements classiques, dont les effets secondaires sont parfois lourds.

 

Alors que la France est le premier pays producteur au monde de médicaments homéopathiques, les MAC ne s’opposent pas forcément à la médecine allopathique (la médecine scientifiquement vérifiable - celle qu’on connaît tous avec les médicaments).

Les médecines alternatives et complémentaires peuvent aussi être additionnelles et permettent de soulager des douleurs que des médicaments de la médecine allopathique ne pourraient soulager. Inversement, on voit mal les solutions alternatives et complémentaires soigner les cancers ou les infections. Si la médecine allopathique repose sur une vision chimique, les formes de médecines alternatives et complémentaires souhaitent se déployer sur les caractéristiques intrinsèques du corps humain et de son esprit, puisant les sources de soulagement et de guérison dans l’introspection ou dans la délivrance de points de tension. Ces méthodes, si elles sont statistiquement moins efficaces, sont naturelles et font du bien à l’esprit.

 

Focus sur l’hypnose et le tabagisme

 

De nombreux fumeurs ont écumé tous les traitements et substituts nicotiniques sans parvenir à atteindre leur objectif. Ces dernières années, une rumeur s’est développée : il existerait une solution miracle qui s’appelle l’hypnose. En deux ou trois séances d’hypnose, vous arrêteriez complètement le tabac. Il n’existe malheureusement pas de statistique, mais les témoignages se multiplient et le nombre de fumeurs essayant cette pratique est croissant.

 

Votre mutuelle Mutuelle Médico-Chirurgicale de France vous propose des remboursements sur les pratiques de médecines alternatives et complémentaires. N’hésitez pas à contacter votre conseiller et demander un devis !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.