• image slide site3
  • image slide contrat responsable
Les bienfaits de la sieste Alors que notre rapport à la sieste évolue avec l’âge, la communauté scientifique fait un constat unanime : la sieste ressource. Nous serions physiologiquement dépendant d’une coupure sommeil post-déjeuner mais attention à ne pas trop tomber dans les bras de Morphée.

Le sommeil se décompose en plusieurs phases, plusieurs cycles. Ces cycles sont nocturnes et diurnes. En grandissant, les phases de sommeil diurnes diminuent et la dernière à disparaitre est celle de la sieste, vers 4-6 ans.

Notre comportement face au sommeil à l’adolescence et au jeune âge adulte proscrit majoritairement la sieste. Toutefois, plus l’individu vieillit, plus le rapport à la sieste est important. Aimer la sieste serait un signe de maturité.

Existe-t-il une sieste idéale ?

Notre sommeil est un enchainement de plusieurs cycles lui aussi. En effet, le sommeil léger dure quelques dizaines de minutes avant que nous soyons plongés dans un sommeil bien plus profond. Le but de la sieste n’est pas d’atteindre le sommeil profond le plus ressourçant car le réveil provoque des humeurs désagréables. La sieste idéale est à commencer après le déjeuner, 13h-14h, et ne doit pas excéder les 20 minutes.

Les bienfaits sont immédiats : nous nous sentons moins fatigués et de meilleure humeur. De plus, s’habituer à une sieste post-déjeuner fréquente développerait la créativité et rendrait notre mémoire plus performante.

Toutefois, les mystères de la sieste sont impénétrables. Nos scientifiques en blouse blanche n’ont pas encore trouvé l’explication pour laquelle ces siestes nous font tellement de bien alors il ne faut jamais abuser des bonnes choses.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.