• image slide site3
  • image slide contrat responsable

tennis-court-443267 960 720

Les jeux paralympiques de Rio au Brésil ont eu lieu du 7 septembre au 18 septembre. C’est la première fois qu’il y a eu une telle ferveur autour de jeux paralympiques. Un homme âgé de 34 ans, tennisman en fauteuil n’est pas étranger à cet engouement : Michael Jeremiasz, le porte-drapeau de la délégation française, a fait le tour des médias, avant de partir à Rio, pour nous offrir une jolie leçon de vie. A la MMC nous avons adoré!  

            En plus d’être bel homme, Michael Jeremiasz a la tête bien faite. Michael était déjà un passionné de tennis avant un accident de ski, à Avoriaz, qui l’a rendu hémiplégique, le 7 février 2000. A seulement 19 ans, Michael doit changer de vie. Il ne peut plus marcher. Il ne peut plus poursuivre la carrière de tennisman qu’il avait entrepris à un niveau honorable. Michael a un handicap qu’il doit apprendre à gérer.

            Tandis que beaucoup auraient baissé les bras, le jeune parisien décide de faire de cet obstacle une force. Après une rééducation de 9 mois, Michael développe un mental d’acier. Il n’a pas peur de l’effort. Il n’a pas peur de se surpasser. Et tout cela dans la bonne humeur, s’il vous plait!

            Moins d’un an après son accident, il est sur les courts de tennis. Il gagne très rapidement les tournois. Il est de ceux qui ont une âme de conquérant, de vainqueur. Et les titres suivent naturellement. Il est le fier détenteur de 39 titres en simple et 89 en double. Et oui, Michael aime partager l’effort. C’est même dans la catégorie double qu’il est le plus fort.

            Ce que nous aimons chez Michael c’est d’abord sa force mentale. Il est capable de se relever intellectuellement d’un événement tragique. Nous aimons aussi sa force de conviction. Il est très engagé dans le sport paralympique. Il souhaite rendre cette catégorie sportive plus connue et c’est pour cette raison qu’il est devenu ambassadeur et porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Olympiques de 2016, ses derniers jeux.

            La cerise sur le gateau, c’est son inébranlable bonne humeur. Il veut toujours tout faire dans la gaité et la joie de vivre. Un bel exemple a été sa réponse lors d’une interview menée par France Bleu , quand on lui demande comment il en est venu au tennis au fauteuil et qu’il a répondu « par accident emojismall ». Une réaction largement commentée et appréciée par la tweetosphère.

           

            Merci à Michael Jeremiasz de nous rappeler que la vie est belle en toute circonstance, qu’il est possible de rebondir après un obstacle et qu’il est possible de le faire dans la joie et la bonne humeur.

            Et nous sommes heureux à la MMC, institution qui accompagne ses adhérents dans le meilleur comme dans le pire, qu’il existe de belles histoires qui susciteront peut être de nouveaux talents!

            Merci Michael

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.