• image slide site3
  • image slide contrat responsable

fotolia 81512882Nous savons tous ce que sont les mutuelles. Cependant nous ne savons pas réellement comment elles fonctionnent ni leur histoire. Tandis qu’aujourd’hui les mutuelles font face à de néfastes fantasmes et amalgames, La Mutuelle Médico-Chirurgicale a considéré que la pédagogie était la meilleure arme pour relater les convictions humaines, universelles et solidaires qui ont animé le projet mutualiste depuis le XIXe siècle. 

 

Dans un contexte de révolution industrielle, fleurissent en France des sociétés de secours mutuel, afin de prendre en charge les frais de santé et d’obsèques de la classe ouvrière principalement. De plus, faisant face à une volatilité importante de la main d’œuvre, le patronat du début du XIXe siècle met en œuvre une politique paternaliste. Ainsi, l’environnement de l’ouvrier a été largement amélioré (construction de résidences ouvrières, plus grande accessibilité aux soins), contribuant à sa sédentarisation.
Certaines entreprises de secteurs d’activités similaires mutualisaient les risques en joignant leurs cotisations mais aussi leurs prestations. On voit ici les prémices de la mutualité par secteur.

 Néanmoins, de nombreuses lois et décrets sont promulgués afin de limiter les regroupements, à l’image de la loi Le Chapelier de 1791 et les interdictions sous Louis-Napoléon Bonaparte datant de 1852. La IIIe république impulse une nouvelle ère dans la prise en compte des défis sociaux. Le régime politique français est cependant très fragile et les débats parlementaires sont houleux. Mais on ne peut lutter contre le progrès social très longtemps et 1898 fut l’année de l’élaboration de la charte de la mutualité. De la sorte, les mutuelles peuvent être gérées en se regroupant librement, ce qui n’était pas le cas avant. La Fédération nationale de la mutualité française est créée en 1902.

 Jusqu’à la première guerre mondiale, la France, par l’intermédiaire des députés, représentants du peuple, étudient, débattent et votent de nouvelles mesures sociales afin de faciliter et même obliger l’adhésion à une assurance retraite, chômage ou maladie. Ces obligations font émerger des inquiétudes dans le milieu mutualiste. En effet, les adhésions sont effectuées auprès de caisses étatiques, celles-ci pouvant marginaliser les instituts mutualistes.

 Le coût humain de la grande guerre aura comme conséquence une incalculable multiplication  des besoins sociaux. Les mutuelles ne peuvent y répondre seules et voient donc une présence accrue de l’Etat. L’enjeu est pour les mutuelles de coopérer afin de survivre. S’ouvrent à partir de 1920 des discussions afin de mettre en place une assurance à la fois collective et obligatoire, à l’image de ce que l’Allemagne a développé 50 ans plus tôt.

Un système avec un fonctionnement complexe de participation des différents acteurs sociaux vient concrétiser une décennie de débat en 1930. Cependant, ce système n’est pas universel car il ne concerne que les travailleurs.

 

Le Conseil National de la Résistance

Alors que la guerre fait rage, que la France est occupée et que la barbarie nazie redouble d’efforts, le Conseil National de la Résistance adopte en mars 1944 un programme pour la France de demain basé sur l’unité, l’universalité et la fraternité. Dans ce programme apparaissent les fondations de la sécurité sociale qui sera adopté par décret en 1945. Celle ci doit permettre à TOUS les citoyens de faire face à des événements qu’ils ne pourraient gérer seuls et qu’ils n’avaient pas pu prévoir. Sans aucune distinction, la sécurité sociale prévue par le CNR marque le début d’un système obligatoire et universel.

De toute évidence, ce régime social n’est pas à l’avantage des instituts mutualistes. Néanmoins, plutôt que de s’y opposer frontalement, les mutualistes avec la FNMF en tête, acceptent ce nouveau système et s’y adaptent en innovants sur le modèle qui les faisait vivre depuis environ un siècle. De la sorte, les instituts mutualistes ont prospéré tandis que les plus pessimistes voyaient déjà la fin de cette institution.

Le rôle des mutuelles aujourd’hui est d’abord celui d’être complémentaire au régime général de sécurité sociale. On estime aujourd’hui que près d’un français sur deux dispose d’une complémentaire santé.

Cependant, nous assistons depuis le début du vingt et unième siècle a un changement en profondeur du système de sécurité sociale. En effet, la conjoncture économique post deuxième guerre mondiale n’est plus d’actualité et nous sommes dans l’incapacité de financer un système aussi généreux de manière viable. L’enjeu de demain pour nos dirigeants et pour tous les acteurs sociaux est de prévoir la prise en charge de notre santé de demain et de celle des générations futures. A l’instar des orientations stratégiques et idéologiques qu’ont prises les mutuelles dans le passé, les décisions futures seront prises dans votre intérêt.

 

Cette histoire vous concerne car approchant les 80 ans, la Mutuelle Médico Chirurgicale est née et  a grandi dans ces contextes historiques protéiformes. 

  

Nous sommes aussi là pour vous donner les clefs de la compréhension de notre monde.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.