• image slide site3
  • image slide contrat responsable

Avec l'arrivée des beaux jours et des vacances, l'ensoleillement permet de refaire son bronzage... Mais attention aux coups de soleil ! Provoqués par les rayons ultraviolets (UV) du soleil sur la peau, ils sont non seulement douloureux et provoquent un vieillissement accéléré de la peau, mais ils peuvent aussi à terme être la cause de cancers.

Qu'est-ce qu'un coup de soleil ?

coup soleilDouloureux, les coups de soleil, appelés en langage médical érythèmes solaires, sont une brûlure induite par les rayons UV du soleil, qui pénètrent la peau jusqu'aux mélanocytes, les celulles de l'épiderme. Tandis que les UV A provoquent une pigmentation en quelques minutes, qui disparaît ensuite en quelques heures, les UV B, eux, brûlent 1.000 fois plus la peau et sont les principaux responsables des érythèmes solaires. Une demi-heure d'exposition sous le soleil de midi en été, sans protection, peut suffire à transformer votre peau en une plaque rouge et douloureuse...

 

 

Quels sont les différents types de coups de soleil ?

protection solaireOn distingue différents types de coups de soleil, en fonction de leur gravité :

  • au 1er degré, la peau se teinte d'une couleur rosacée quelques heures après l'exposition, et le coup de soleil disparaît dans les jours qui suivent en provoquant une desquamation (la peau "pèle") et une zone dépigmentée ;

  • au 2nd degré, des cloques apparaissent, la peau vire au rouge vif, 2 à 12 heures après l'exposition, et devient sensible au point de ne pas supporter le frottement des vêtements ;

  • au 3ème degré, la couleur devient rouge violacée moins de 6 heures après l'exposition, et la peau, douloureuse et gonflée, semble prête à peler ;

  • au 4ème degré, la peau est rouge et cloquée et a l'aspect d'un véritable brûlé. Le sujet peut être atteint de nausée, de vertiges et de maux de têtes, et doit être immédiatement hospitalisé.

 

 

Quels sont les facteurs de risque ?

enfant soleil protectionLa gravité du coup de soleil est fonction du type de peau, de la durée et de l'intensité d'exposition, ainsi que de la localisation. Les enfants, et plus particulièrement les nouveaux-nés, qui possèdent une peau très sensible, et les personnes au teint clair, qui ont des taches de rousseur, des cheveux blond-roux ou des yeux bleus, sont plus susceptibles d'attraper des coups de soleil que les personnes au teint foncé, car ils possèdent moins de mélanine, une molécule protégeant la peau contre l'exposition au soleil.

Il faut aussi savoir que sous les tropiques, à la montagne et en bord de mer ou d'un lac, les rayonnements sont beaucoup plus importants, même à l'ombre à cause de la réverbération du soleil sur la neige, l'eau, le sable ou une paroi rocheuse. Il faut donc dans ces situations se protéger contre le soleil encore plus qu'à d'autres endroits.

Enfin, certains médicaments, en particulier les tétracyclines, une classe d'antibiotiques souvent utilisé lors de problèmes d'acné, mais aussi les diurétiques thiazidiques utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle, et certains antihistaminiques ou anti-inflammatoires, ainsi que certains parfums, peuvent également favoriser l'apparition de coups de soleil, en rendant la peau plus sensible au soleil, ce qu'on appelle la photosensibilité.

 

 

Le coup de soleil fait-il bronzer ?

coup soleilLe coup de soleil n'est pas une préparation au bronzage, car dans les années qui suivent, la personne qui a eu de nombreux coups de soleil risque de présenter des taches irréversibles sur la peau qui soit bronzeront moins bien, soit prendront une couleur plus sombre que la peau naturelle dès les premières expositions solaires.

A long terme, le bronzage accélère également le vieillissement de la peau, ce qui perturbe l'aptitude à bronzer parce que les rayons UV pénètrent moins bien jusqu'aux mélanocytes, la peau s'étant épaissie. Les mélanocytes sont également moins réactifs car ils ont eux aussi subi un vieillissement précoce.

 

 

Le bronzage protège-t-il du coup de soleil ?

bonzage uvLe bronzage est un mécanisme de défense naturel de la peau face au soleil. Une peau bronzée arrête mieux les UV que la peau blanche : il faut en moyenne 3 fois plus de rayons UV pour provoquer un coup de soleil sur une peau mate que sur une peau blanche ! La mélanine est en effet un pigment qui absorbe partiellement les rayons UV, et protège ainsi la peau du rayonnement solaire. Néanmoins, cette protection n'est que partielle. Il existe toujours un niveau de rayonnement où la peau va brûler. C'est pourquoi il convient, même bronzé, de continuer à se protéger du rayonnement solaire.

 

Quelles sont les complications éventuelles ?

risque soleil

De plus en plus fréquente, l'allergie au soleil, ou lucite estivale, est une réaction locale aux UV A. Elle se manifeste sous la forme de petits boutons rouges sur les parties exposées, sauf sur le visage, et peut être accompagnée de fortes démangeaisons. Dans les cas les plus aigus, on remarque l'apparition de petites cloques et de grandes plaques rouges. Si l’on prend soin de rester à l’ombre, elle disparaît spontanément au bout d’une dizaine de jours. Des traitements particuliers (de la famille des antipaludiques ou des photoprotecteurs) existent pour prévenir la lucite estivale.

Dans les cas plus graves, surtout si des cloques apparaissent, le coup de soleil peut provoquer de la fièvre, des nausées, un œdème de la peau, et l'apparition de taches blanches ou brunes irréversibles. Les coups de soleil répétés accélèrent également le vieillissement de la peau, qui se dessèche et se ride plus rapidement. Enfin, l'exposition excessive au soleil, en particulier pendant l’enfance, favorise l’apparition de cancers de la peau au cours de la vie, surtout le mélanome.

 

 

Que faire en cas de coup de soleil ?

prévention soins-soleilEn cas de coup de soleil modéré, qui correspond à une brûlure simple, il faut :

  • rester à l’ombre dans les jours qui suivent pour ne plus s'exposer aux rayonnements ou, à défaut, se protéger avec un écran total à fort indice de protection, en couche épaisse renouvelée au moins toutes les 2 heures ;

  • boire en abondance afin de combattre la déshydratation ;

  • prendre une douche ou un bain froids pour soulager la sensation de chaleur ou, si le coup de soleil ne concerne qu’une partie réduite de l’épiderme, utiliser un linge mouillé ;

  • appliquer des crèmes apaisantes "après solaire", des gels osmotiques ou des émulsions spécifiques pour les brûlures comme la biafine, que l'on peut même réfrigérer ;

  • en cas de cloques, ne pas les percer ni les gratter, mais les recouvrir d'un pansement stérile après les avoir nettoyées avec un antiseptique ;

  • en cas de maux de tête, prendre un antalgique comme du paracétamol, de l'aspirine ou de l'ibuprofène.

Si la brûlure est grave, avec un coup de soleil étendu, des cloques multiples, une altération de l’état général, des vomissements, des douleurs insupportables ou l'apparition d'une fièvre de plus de 40°C, il est nécessaire de consulter au plus vite un médecin.

 

 

Quand s'exposer au soleil ?

heures expositionAvant tout, il convient de rappeler que même sous des nuages hauts ou derrière une vitre, les UV A atteignent la peau et y commettent des dommages à long terme. Néanmoins, si l'on veut s'exposer un peu au soleil, autant choisir un moment et des durées qui y soient propices. Pour ce qui est du moment, choisir une heure où le soleil n'est pas à son zénith (le matin ou en fin d'après-midi). Pour ce qui est des durées, plus elles sont courtes, plus la peau peut reconstruire ses défenses entre 2 expositions. Néanmoins, c'est bien la durée totale cumulée qui présente un danger, et 2 expositions d'une demi-heure ont des effets négatifs similaires à une exposition d'une heure.

 

 

Les 10 conseils de la MMC pour se prémunir des coups de soleil

  • En premier lieu, appliquer des crèmes solaires protectrices en rapport avec votre type de peau. Débutez par une protection forte la première semaine, avant d'utiliser ensuite un facteur de protection plus faible. Les applications doivent être renouvelées au minimum toutes les 2 heures, voire moins en fonction du degré d'ensoleillement et de la sensibilité de la peau. Il ne faut pas non plus oublier les zones très exposées que sont le nez, les pommettes, les oreilles, le dos des mains et des pieds, et veiller à renouveler l'application après chaque bain ou activité sportive. Attention, les produits autobronzants ne protègent pas des coups de soleil !

  • Pour les enfants et les adultes à peau fragile, il faut porter un intérêt tout particulier aux premières expositions, qui peuvent être responsables des coups de soleil les plus importants, et ainsi veiller à ce que l'exposition soit progressive, en débutant par un quart d'heure en plein soleil les premiers jours ;

  • Pour les "tout-petits", une protection par un chapeau à large bord et des vêtements blancs est strictement indispensable lors des périodes d'ensoleillement important, et il faut privilégier l'ombre pour les jeux et ne pas hésiter à leur faire porter un t-shirt à manches longues pour se baigner ;

  • Bien se sècher lorsque l'on sort de l'eau, car les goutelettes sur la peau ont un effet loupe, ce qui augmente le danger ;

  • Pour les sports aquatiques, utiliser toujours un écran avec filtre hydrofuge dont l'indice de protection est au moins de 30 ;

  • S'abriter sous un parasol pour les activités immobiles ;

  • Eviter les produits de beauté et le parfum avant l’exposition au soleil, certains d’entre eux pouvant contenir des substances qui laisseront des taches pigmentées définitives ;

  • Porter des lunettes de soleil anti-UV plutôt que des verres polarisés ;

  • Consommer des aliments contenant des bêta-carotènes comme les carottes, les abricots, les mangues, les potirons, la salade, les épinards ou les choux verts, qui permettraient, selon les dernières études, de prévenir les coups de soleil ;

  • Attention, un coup de soleil "suspect" (brûlures, aspect cartonné de la peau, suintement, infection...) et/ou un grain de beauté qui se modifie nécessitent une consultation médicale.

 

Pour mieux choisir sa crème solaire, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) réédite son guide à chaque saison estivale. (mettre le lien...)

 

 

Sources : doctissimo.fr, studyrama.com, e-sante.fr, creapharma.ch, brulure.fr, eurekasante.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.