• image slide site3
  • image slide contrat responsable

phytothérapieJadis perçu comme des remèdes de grand-mères ou des pratiques marginales, le recours à la phytothérapie est désormais en France un phénomène de société avéré. Chaque jour la biologie pharmaceutique confirme davantage les perspectives thérapeutiques ouvertes par ces nouveaux procédés aux résultats étonnamment probants. La médecine de demain ne pourra désormais plus écarter cette nouvelle discipline médicale surnommée la « phytothérapie moderne», qui est d'ailleurs aujourd'hui prise en charge par des organismes de mutuelle santé novateurs.

Les plantes comme réponse naturelle

La phytothérapie constitue le traitement des maladies par les plantes.
Elle utilise les plantes ou des parties de ces dernières comme la racine, la tige, la feuille et la fleur utilisées sous forme d'extraits liquides, de gélules...
Elle vise à soigner des maux variés mais aussi à améliorer le bien-être de la personne soignée, sans que celle-ci soit forcément convalescente.

La phytothérapie est loin d'être une science simple et anodine : elle peut être dangereuse si elle est mal administrée et relève d'une connaissance scientifique et d'un savoir-faire extrêmement pointus.
En effet, il s'agit rarement de consommer la plante sous sa forme brute, pratique qui induirait inévitablement la consommation d'autres produits contenus dans la plante que le principe actif.
Le fait de ne pas connaître la dose exacte de principes actifs ingérés entraînerait alors un risque de sous-dosage ou de surdosage.

Les phytothérapeutes sont donc des scientifiques qui utilisent les propriétés intrinsèques des plantes médicinales et réalisent de savants mélanges d'extraits végétaux afin d'éliminer l'ensemble les effets secondaires et les inter-actions des différents principes actifs de la composition.

 

Du savoir ancestral au savoir scientifique

On utilise les plantes pour se soigner depuis les premiers temps de l'humanité.
Les plantes représentent d'ailleurs même en Europe l'essentiel de la pharmacopée jusqu'à la fin du XIXe siècle et l'avènement de la chimie.

La construction de la phytothérapie moderne débute, pour sa part, à partir de la Renaissance avec l'apparition de l'esprit scientifique moderne et l'analyse et la classification des plantes médicinales.
En cette période scientifique faste, les composants chimiques à l'origine des effets thérapeutiques des plantes sont formellement découverts.
L'exploitation de nombreuses plantes inconnues issues des nouveaux mondes ouvrent de nouvelles perspectives extraordinaires sur le plan thérapeutique pour l'humanité.

Aujourd'hui les progrès scientifiques expliquent de mieux en mieux les effets médicaux des plantes, et permettent l'extraction de leurs principes actifs, puis leur synthèse afin d'optimiser leur efficacité.

 

La phytothérapie contemporaine

La définition étymologique de la phytothérapie paraît réductrice lorsqu'on examine la variété de ses pratiques à travers le monde.
En effet, on distingue actuellement et de manière très nette deux types de pratiques phytothérapiques fort différentes.

A l'échelle mondiale, celle qui est la plus massivement employée est la pratique traditionnelle, parfois ancestrale, basée sur l'utilisation de plantes selon les vertus découvertes empiriquement, et qui n'est donc pas conventionnelle du fait de l'absence d'étude clinique.

Dans les pays occidentaux, c'est la pharmacognosie ou biologie pharmaceutique qui est employée.
C'est une pratique standardisée basée sur les avancées et les preuves scientifiques recherchant les extraits actifs des plantes.
Elle conduit à la conception de phytomédicaments.
Depuis 1986, le Ministère de la Santé Français a imposé une réglementation très stricte à l'égard des préparations à base de plantes.
Leur circulation est soumise à l'autorisation de mise sur le marché pour les produits finis et à la réglementation sur les matières premières à usage pharmaceutique pour les préparations magistrales de plantes médicinales, celles-ci étant délivrées exclusivement en officine.

Pour les autres plantes médicinales qui ne sont pas utilisées dans l'élaboration des phytomédicaments, les médicaments qui en contiennent des extraits doivent satisfaire aux exigences de l'autorisation de mise sur le marché standard obligatoire pour tout médicament.
Le cas échéant, ils peuvent être soumis à une contrainte de délivrance, voire de renouvellement sous forme d'ordonnance médicale classique.

Il est d'ailleurs bon de préciser que même si cela est souvent méconnu du grand public, le plus grand nombre des médicaments modernes massivement utilisés par les français sont en réalité composés en partie d'extraits de plantes médicinales.

 

La phytothérapie a de beaux jours devant elle !

Autrefois ostracisée, voire combattue par les esprits scientifiques pour des raisons historiques et politiques, la phytothérapie recouvre aujourd'hui pleinement sa place au sein des pratiques thérapeutiques raisonnées en ce début de 21ème siècle. Elle est même dorénavant remboursée par certaines mutuelles de complémentaire santé qui n'hésitent plus à la considérer comme un véritable atout pour la santé publique. Cette renaissance est loin d'être dû un «effet de mode» lié aux dérives de la médecine chimique, ou même à un simple retour «à la terre» d'une société post-moderne en mal de repères. Elle fait suite logique à l'avancée considérable de nos connaissances scientifiques en matière de plantes médicinales ces dernières années. S'il demeure indéniable que les médicaments obtiennent souvent des résultats spectaculaires et probants pour soigner certaines maladies, leur principale contrepartie réside dans les effets secondaires très importants qu'ils procurent et leur ciblage parfois grossier pour soigner certaines maladies au détriment de l'organisme général.

La phytothérapie «pure» se positionne de ce fait pour tous les maux qui ne méritent pas une action puissante et immédiate, indépendamment de leur gravité. En effet, elle est paradoxalement à la fois fine dans sa composition mais globale dans ses apports et se révèle idéale pour des actions de fond, pour la santé et pour la forme générale. Elle s'avère notamment particulièrement efficace pour retrouver le sommeil ou l'énergie, limiter les rhumatismes ou encore faciliter la digestion. La phytothérapie peut surtout être employée de manière curative comme un remède classique, mais aussi de manière totalement préventive. Ces nouvelles pratiques thérapeutiques ne sont aujourd'hui plus de simples traitements complémentaires mais bien de véritables méthodes alternatives pour influer bénéfiquement et en douceur le corps, sans risques et sans stress particuliers.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

J'accepte les cookies de ce site.